Sélectionner une page
Top 10 des livres que tous les startupers devraient lire

Top 10 des livres que tous les startupers devraient lire

Que vous soyez un primo startuper en train de lancer votre startup ou un entrepreneur expérimenté, vous ne devez jamais arrêter d’apprendre. 

L’un des meilleurs moyens de vous former est de lire des livres sur les startups. Vous pourrez ainsi piocher des idées de stratégie, vous inspirer, comprendre des méthodologies. 

Ici, par souci de simplicité, je vais limiter ma sélection à 10 livres que chaque fondateur de startup devrait lire.

#1 Le Manuel du Créateur de Startup de Bob Dorf et Steve Blank

Top 10 des livres startupers Le Manuel du Créateur de Startup de Bob Dorf et Steve Blank

Véritable boîte à outils, ce manuel fournit aux startupers des conseils adaptés et un processus à suivre pour faire croître sa startup. « Sortez de votre startup! » est certainement la phrase clé de ce livre. Steve Blank et Bob Dorf, serial entrepreneurs, enseignants et fervents partisans du « développement par la clientèle », nous montrent la voie qui les a menés au succès.

#2 De zéro à un de Peter Thiel

Top 10 des livres startupers De zéro à un de Peter Thiel

Quand le cofondateur de Paypal, premier investisseur de Facebook livre sa philosophie, il en ressort une bible pour tous les startupers. Pro de l’innovation de rupture, Peter Thiel nous explique dans ce livre comment innover coûte que coûte pour atteindre un monopole et crée de la valeur grâce aux nouvelles technologies.

#3 Lean Startup d’Eric Ries

Top 10 des livres startupers Lean Startup d’Eric Ries

Un livre déjà culte dans le monde des startupers ! En appliquant les grands principes du lean management au développement de nouveaux produits, Eric Ries a mis au point une méthodologie qui change radicalement la donne pour tous ceux qui souhaitent créer une entreprise ou développer un nouveau projet : le Lean Startup. Cette approche repose sur des hypothèses, des itérations rapides et des retours utilisateurs réguliers. À lire absolument ! 

#4 Rework de Jason Fried et David Heinemeier Hansson

Top 10 des livres startupers Rework de Jason Fried et David Heinemeier Hansson

Ce livre incite à penser différemment la création et le lancement de startup. Jason Fried et David Heinemeier Hansson, cofondateurs de 37signals, un éditeur de logiciels et de Basecamp un outil de gestion de projets, partagent leur vision parfois percutante et radicalement différente. Un livre à lire pour celles et ceux qui souhaitent bootstrapper leur stratup

#5 The Innovator’s Dilemma de Clayton M. Christensen

Top 10 des livres startupers The Innovator’s Dilemma de Clayton M. Christensen

L’auteur s’interroge ici sur les raisons qui poussent certaines grosses entreprises à échouer face à des startups et leurs nouvelles technologies alors qu’elles-mêmes avaient innové à leur début. En lisant ce livre, on ne peut s’empêcher de penser à Yahoo face à Google. 

#6 Commencer par le pourquoi de Simon Sinek

Commencer par le pourquoi de Simon Sinek

Ce livre est la suite de sa conférence TED à succès « How Great Leaders Inspire Action ». Simon Sinek montre dans ce livre que les dirigeants d’entreprises les plus influents au monde pensent, agissent et communiquent tous de la même manière. Ils suivent un modèle simple et puissant pour mener et inspirer les autres que Simon Sinek a théorisé. Et tout commence par cette simple question : POURQUOI ?

#7 Hooked de Nir Eyal

Hooked de Nir Eyal

Pourquoi devient-on accroc à Facebook, Instagram, Snapchat ? Quels mécanismes ces entreprises utilisent-elles pour créer une addiction ? Nir Eyal nous livre tous les secrets de ces géants et nous explique comment ils utilisent les sciences cognitives pour nous rendre addict. Un livre pour les fans de psychologie !

#8 La méthode Running Lean d’Ash Maurya

La méthode Running Lean d’Ash Maurya

Cette méthode fournit des outils comme le Lean Canvas que toute startup, quelque soit son stade de développement, peut utiliser pour concevoir de nouveaux produits ou services. Ash Maurya, vous explique avec des exemples concrets à l’appui, comment itérer à partir de votre idée jusqu’à l’acquisition de vos premiers clients et réussir.

#9 Traction de Gabriel Weinberg

Traction de Gabriel Weinberg

Qu’est ce qui fait la différence entre une startup à succès et une startup qui échoue ? Des clients, tout simplement. Grâce à une vingtaine de canaux et de techniques différentes et grâce à des exemples concrets, Traction vous propose de développer votre « pouvoir d’attraction » pour acquérir toujours plus de clients. À lire de tout urgence.

#10 100 euros pour lancer son business de Chris Guillebeau

100 euros pour lancer son business de Chris Guillebeau

Écrit par Chris Guillebeau, 100 euros pour lancer son business est un livre facile à lire rempli d’histoires inspirantes d’entrepreneurs qui ont trouvé des moyens de transformer leurs passions en business. Un incontournable !

Conclusion

Je vous invite à lire ces livres mais attention ! Prenez du recul. Voyez si vous pouvez mettre en pratique certaines idées et surtout si elles sont adaptées à votre startup

Mais dans tous les cas, ces livres vous initieront à des méthodologies qui vous aideront dans la gestion et l’organisation de votre startup

Et vous, est-ce-que des livres vous ont inspiré pour lancer votre startup ? Dites-moi lesquels en commentaire !

Top 10 des plus beaux bureaux des startups françaises

Top 10 des plus beaux bureaux des startups françaises

Si vous souhaitez redécorer les bureaux de votre startup et manquez d’inspiration, vous êtes au bon endroit ! 😁 Vous allez être bluffé par les 10 plus beaux bureaux des startups françaises.

Entre open spaces, salles de yoga, rooftops, vous serez étonné de voir à quel point ces espaces peuvent varier et comment ils reflètent vraiment la culture de leur entreprise.

Ce classement est proposé par Glassdoor.fr.

Scaleway

Situé à : Paris et Lille.

Ce qu’ils font : Scaleway est un fournisseur européen d’infrastructures cloud (IaaS).

Bureaux : Ses bureaux sont incroyables. Il y a de tout pour vous rendre heureux : salles de travail thématiques, piscines à boules, et même un bar et un night club ! Il se dit qu’il y aurait même des employés qui travaillent en chaussons. 😆

Jobteaser

Situé à : Paris.

Ce qu’ils font : JobTeaser est une entreprise française qui fournit des solutions de recrutement aux entreprises pour recruter des jeunes talents.

Bureaux : Sans aucun doute, des bureaux parmi les plus créatifs de France ! Chaque salle de réunion a sa propre déco : cinéma, super héros, cave à vins. De quoi exprimer sa créativité !

Le Bon Coin

Situé à : Paris.

Ce qu’ils font : Pas besoin de présenter Le Bon Coin, ce géant des petites annonces en ligne.

Bureaux : Des bureaux sans commune mesure de 5500m2 dans un bâtiment historique. Lumière naturelle, grands espaces, avec beaucoup de charme. Son point fort : un rooftop de 500m2 avec une vue sur les toits de Paris.

Heetch

Situé à : Paris.

Ce qu’ils font : Heetch est un app mobile qui offre un service de VTC, LVC ou taxi dans différents pays. 

Bureaux : Des bureaux où la convivialité est reine ! On boit son café sur de grands bancs en bois. Puis on se pose sur un canap’ et on prend son lunch au milieu des meubles recyclés. Super cool !

Payfit

Situé à : Paris.

Ce qu’ils font : PayFit est une entreprise française qui développe un outil SaaS de gestion de paie et de gestion des ressources humaines.

Bureaux : Ici on travaille au milieu des plantes. 1500m2 où la nature est partout même sur les papiers peints imprimés Jungle. L’entreprise propose à ses employés des services de relaxation, une salle de sport, et un rooftop avec vue sur Paris. Chez Payfit, c’est « Zen attitude » ! 🧘‍♂️

Blablacar

Situé à : Paris.

Ce qu’ils font : BlaBlaCar est une plateforme communautaire payante de covoiturage présentes dans de multiples pays.

Bureaux : De la couleur, de la couleur encore de la couleur ! Ses bureaux sont colorés et funs. Les victoires de la boite sont affichées en grand sur les murs. De quoi vous motiver au quotidien ! 💪

Oney

Situé à : À côté de Lille.

Ce qu’ils font : Oney est une banque en ligne spécialisée dans les solutions de paiement et les services financiers.

Bureaux : Ses bureaux sont impressionnants. Ils s’étendent sur plus de 14 000m2. Espace détente, tables de ping-pong, salles de réunion hyper stylées, grandes terrasses, tout est pensé pour le bien-être des salariés.

Wizbii

Situé à : Paris.

Ce qu’ils font : Wizbii est un acteur qui propose une offre de services pour faciliter l’entrée dans la vie active des jeunes : emploi, aides étudiantes, code de la route, assurances…

Bureaux : Chez Wizbii, c’est ambiance rétro. Si vous êtes fan des années 70, vous allez adorer ! Papiers-peints à motifs, murs oranges, canapé vert pétant, vous allez en prendre plein les yeux ! 👀

Free Now (ex Kapten)

Situé à : Levallois-Perret.

Ce qu’ils font : Free Now (ex Kapten) est une application mobile de réservation de VTC.

Bureaux : Une vue à 360 degrés sur Paris. Des bureaux ultra lumineux. Des cours de relaxation et de yoga. Tout est réuni pour travailler en paix.

TinyClues

Situé à : Paris.

Ce qu’ils font : Tinyclues développe une plateforme qui permet aux équipes marketing de cibler et de personnaliser leur communication, aussi bien auprès de leurs clients que de leurs prospects.

Bureaux : Tout est pensé pour favoriser l’échange et la convivialité. Des coins nomades, des zones de détente, des salles de réunion aménagées. Son mobilier est épuré, en bois et recouvert de végétaux. Et sa bibliothèque cache même une porte secrète qui donne sur une salle détente !

Top 10 des erreurs commises par les startups en 2021 et comment les éviter ?

Top 10 des erreurs commises par les startups en 2021 et comment les éviter ?

Top 10 des erreurs commises par les startups

Vous souhaitez créer votre propre startup ? Eh bien, bonne nouvelle ! Il n’y a jamais eu de meilleur moment. Les barrières à l’entrée n’ont jamais été aussi faibles.

En 2021, vous avez accès désormais à d’innombrables outils à bas-coût pour lancer votre startup. Même plus besoin de savoir coder ! L’ère du #NoCode est là ! Mais attention aux pièges ! Si vous êtes « primo startuper » (j’ai peut-être inventé ce terme 😆), les pièges sont nombreux.

Alors quels sont les erreurs les plus courantes quand on lance sa startup ? Et comment les éviter ? Voici mon top 10 des erreurs commises par les startups :

#10 : Courir après les investisseurs et pas après les clients

C’est tout à fait compréhensible mais ce n’est pas la bonne attitude à adopter quand vous lancez votre startup.

Il faut profiter de la première année de création de votre startup pour acquérir le maximum de clients. Bien souvent, vous bootstrappez : « autofinancez » votre startup pendant cette phase d’early stage » et vous n’avez pas encore la pression des futurs investisseurs si votre objectif est de lever des fonds.

C’est donc cette base de clients qui impressionnera les investisseurs. Une fois acquise, ce sera beaucoup plus simple de convaincre les investisseurs de financer votre startup.

#9 : Ne pas recruter de talents

Toutes les startups font des erreurs dans le processus de recrutement. C’est normal. Mais le but est d’en faire le moins possible. Assurez-vous de ne pas embaucher trop rapidement. La masse salariale est souvent ce qui pèse le plus sur les finances. Alors si vous êtes dans une phase de recrutement, suivez un process bien défini. Demandez conseil à d’autres startupers de votre réseau. Comment ont-ils fait pour embaucher ? Quel process ont-ils suivi ? Comment ont-ils fait pour attirer les talents et surtout évaluer leur adéquation avec la culture de l’entreprise, ce qu’on appelle le « Culture Fit ».

Tant de startups se sont fermées parce que les personnes embauchées à des postes clés ne répondaient pas aux besoins de l’entreprise. Un ami qui manquait de compétences pour le poste de travail. Ou quelqu’un qui n’a pas réussi à s’intégrer dans l’entreprise.

Alors embauchez des « A » et pas des « B » et assurez-vous qu’ils ont les mêmes valeurs que vous.

#8 : Ne pas avoir assez d’argent ou en dépenser trop

En ce qui concerne les startups, avoir de l’argent est très important et doit être géré correctement.

Vous avez peut-être entendu des startupers mentionner leur « burn rate« ou « cash burn » ? C’est la somme d’argent que vous brûlez ou dépensez chaque mois pour faire fonctionner votre startup.

L’une des plus grandes erreurs est de dépenser trop. Un fondateur peut être tenté de dépenser assez rapidement beaucoup d’argent dans des dépenses inutiles. Au lieu de faire bon usage de ces fonds, le cash est tout simplement gaspillé. Un dirigeant ou un fondateur d’entreprise peut par exemple embaucher trop de personnes trop vite. Pour éviter cela, embauchez uniquement les personnes qui sont vraiment nécessaires et augmentez progressivement votre masse salariale.

Évidemment tout dépend de l’état de vos finances. Votre startup connait-elle une croissance à 2 chiffres ? Est-elle rentable ? Avez-vous levé des fonds pour financer votre croissance ? Ou avez-vous bootstrappé ?

Ne pas avoir assez d’argent aussi est un problème : « Run out of cash ».

Le financement des startups en early stage se mesure en mois. Combien de mois vous restent-ils avant de mettre la clé sous la porte ? Si vous n’avez pas réussi à lever des fonds ou à devenir rentable et que vos revenus ne couvrent pas vos dépenses, les salaires, les loyers, les charges, l’aventure s’arrête là.

Savoir gérer vos finances est donc crucial pour le développement de votre startup.

#7 : Ne pas savoir vendre et marketer son produit

Si vous avez validé avec succès le problème que vous essayez de résoudre, le marché et l’idée de votre start-up, alors vous devez avoir un plan sur la manière dont vous allez obtenir votre premier utilisateur, les 10 premiers utilisateurs, les 100 premiers utilisateurs, etc.

Pour cela, vous avez besoin d’une stratégie marketing détaillée qui englobe l’acquisition initiale d’utilisateurs, la conversion de ces utilisateurs en clients payants, et la fidélisation de ces clients, les rendre si heureux avec votre produit qu’ils vous aideront à obtenir plus d’utilisateurs (avis clients, bouche-à-oreille, références, etc.)

Bien souvent, j’ai vu des cofondateurs purement technique qui manquaient de compétences commerciales et marketing pour aller vendre leur produit aux clients potentiels.

Selon moi, le produit n’est pas le plus important mais c’est comment vous le marketer qui fera la différence. Alors comme dirait Steve Blank sortez de vos bureaux et aller à la rencontre de vos futurs clients !

#6 : Ne pas être focus

La discipline est primordiale pour atteindre les objectifs et assurer le succès d’une startup. La planification facilite la définition d’objectifs, les célèbres KPI, mais un manque de focus fera échouer vos plans. Bien souvent quand vous créez votre startup, il s’agit de votre argent, ou de l’argent de vos proches la love money, de votre réputation et de votre avenir, donc si vous ne pouvez pas vous concentrer sur l’exécution du plan de votre startup, vous allez échouer.

De ce que j’ai vu autour de moi, la plupart des startups qui pourraient réussir échouent car les fondateurs ne leur consacrent pas tous leurs efforts et manquent de motivation. Peut-être qu’ils ne croient pas assez en leur idée ou qu’ils ont peur d’échouer.

Un conseil, s’il y a des aspects de l’entreprise que vous n’aimez pas ou pour lesquels vous manquez de compétences, demandez de l’aide.

#5 : Lancer son produit ou service trop tard (ou trop tôt)

Lors du lancement d’une startup, le timing est primordial. Bien que certaines circonstances échappent à tout contrôle (comme une pandémie mondiale si vous voyez de quoi je parle 😅), le lancement de votre startup doit être planifié. Assurez-vous simplement de ne pas lancer votre startup trop tôt ou trop tard.

Un lancement public trop tôt (je ne parle pas ici de l’étape de bêta test) pourrait mettre toute la startup en danger. Considérez ce qui suit : S’agit-il d’un produit ou d’un service que les gens veulent vraiment ? Est-il prêt à être commercialisé ? Après tout, il n’y a rien de pire que de précipiter le lancement d’un produit qui est « buggy » sur le marché dans l’unique but de battre la concurrence ou de commencer à générer des revenus. Assurez-vous que votre produit ou service est prêt avant de le rendre public.

D’un autre côté, n’attendez pas trop longtemps. Ne cherchez pas à atteindre la perfection et lancez un Produit Minimum Viable dès que possible. Sinon, il est possible que tout votre argent soit épuisé ou qu’un concurrent soit le premier à commercialiser le même type de produit pour la même cible.

Assurez-vous que tout est prêt mais ne tergiversez pas. Fixez des délais et respectez-les.

#4 : Ne pas avoir les bons cofondateurs

Les disputes entre cofondateurs sont étonnamment courantes. Environ 20% des startups financées par Y Combinator rencontrent ce problème.

Vous lancer dans une aventure entrepreneuriale avec un cofondateur est comme un mariage. L’aventure sera semée d’embûches, (croyez-moi 😉) et vous verrez le meilleur et le pire des gens quand ils seront soumis à un stress intense : devoir licencier, ne plus avoir de cash, devoir pivoter et abandonner son idée originale, les raisons ne manquent pas.

Il faut que vous soyez sûr que vos associés sont les personnes parfaites pour exécuter votre idée de startup. On entend souvent que les cofondateurs doivent être complémentaires. Mais selon mon expérience et de ce que j’ai vu, les startups qui réussissent sont celles qui étaient cofondées par des startupers qui avaient la même vision et qui partageaient les mêmes valeurs. Et pour anticiper tout problème, surtout n’oubliez pas de rédiger un pacte d’associés !

#3 : Ne pas avoir de vision

Derrière toutes les grandes startups se cache une vision, un ou des visionnaires. Une idée, une projection de ce que sera la startup et le marché à moyen et long terme. Non seulement la vision est le fondement même de l’entreprise elle-même, mais elle peut souvent aussi être la clé de la croissance et du succès de sa startup.

La vision est essentiellement le rêve, le but ultime, l’objectif final d’un entrepreneur pour son entreprise.

Prenons l’exemple de la vision de Steve Jobs pour Apple en 1976 : « Apple se consacre à l’émancipation de l’Homme – à rendre l’informatique personnelle accessible à chaque individu afin de contribuer à changer la façon dont nous pensons, travaillons, apprenons et communiquons. »

Vous voyez ? Il y a une véritable réflexion sur le « Pourquoi » : émanciper l’Homme et pas juste le « Quoi » : fabriquer et vendre des ordinateurs.

Non seulement il est impératif d’avoir une vision, mais il est tout aussi important d’exprimer la vision sous la forme d’une déclaration écrite, qui pourra être transmise à vos investisseurs, clients et employés.

Pour approfondir je vous conseille de lire sur ce sujet l’excellent livre de Simon Sinek : Trouver son pourquoi : Guide pratique pour découvrir son moteur et celui de son équipe.

#2 : Concevoir un produit que personne ne veut

Il est vrai que vous devez avoir une forte croyance en vos pensées, décisions et idées. Mais attention, chaque entrepreneur pense que son idée va révolutionner le monde (« make the world a better place 😂 ) et disrupter son industrie. C’est l’erreur la plus courante des entrepreneurs. Ils tombent amoureux de leurs idées et n’y voient aucun défaut.

Parfois, une mauvaise idée peut mener à construire pendant des années un produit que personne ne veut ou que les clients ne sont pas prêts à acheter. C’est ce qu’on appelle le « Product Market Fit », l’adéquation entre son produit et son marché. Ne pas trouver son Product Market Fit est l’une des principales causes de l’échec des startups.

La meilleure façon de s’attaquer à ce problème est d’aller confronter votre idée le plus tôt possible avec vos clients ou vos utilisateurs. Concevoir un produit centré sur les besoins de vos utilisateurs est l’une des clés de la réussite de votre startup.

#1 : Avoir peur de l’échec

L’une des caractéristiques de l’entrepreneur est le courage d’oser et de ne pas avoir peur de l’échec.

Le désir de réussir et la volonté de faire face aux défis est primordial pour le startuper. L’échec est une étape parfois nécessaire sur le chemin qui vous mènera au succès.

Vous devez sortir de votre zone de confort pour devenir un grand entrepreneur.

Avec l’échec, nous apprenons à nous connaitre, nos valeurs, nos motivations, ce qui est important pour nous. Quand j’ai échoué avec ma startup, même si cet échec a eu un goût amer, cela m’a appris beaucoup de choses sur moi-même. Ce que je souhaitais être, l’industrie que j’aimais le plus, la partie de l’entreprenariat que j’appréciais le plus, quels étaient mes points faibles, ce que je devais améliorer chez moi d’un point de vue personnel et professionnel. Grâce à l’échec, j’ai découvert la méditation, j’ai appris à déstresser, à dédramatiser, à profiter du moment présent avec ma famille.

Ne vous sentez pas mal, même si votre startup a échoué. Prenez-le comme une expérience au lieu de le considérer comme un échec. En changeant votre état d’esprit dans cette direction, vous pouvez apprendre de vos erreurs, ce qui vous aidera à améliorer votre startup ou à vous épanouir dans votre prochaine entreprise.

« Comment vous vous relevez après l’échec et apprenez de vos erreurs est la clé du succès. » selon Ray Dalio.

Je dirais donc que la plus grande erreur que vous puissiez faire est sans nul doute d’être paralysée par votre peur et de ne pas passer à l’action.

Conclusion

Nous prenons tous des décisions bonnes et mauvaises chaque seconde chaque jour qui passe. Eh bien, une startup n’est pas différente. Les entrepreneurs doivent continuellement prendre des décisions et ces choix ont leurs propres conséquences sous forme de succès ou d’échec.

Pur diminuer les risques, entourez-vous d’experts dans votre industrie et de mentors sur lesquels vous pouvez vous appuyer et apprendre.

Et rappelez-vous que même si vous voulez éviter de commettre des erreurs et faire un sans faute lors de la création de votre startup, les erreurs sont inévitables.

Alors n’ayez pas peur de l’échec. Au lieu de cela, apprenez de vos erreurs et faites pivoter votre modèle si besoin. Testez de nouvelles idées et obtenez des feedbacks de vos utilisateurs afin de pouvoir améliorer votre produit et mieux répondre aux besoins de vos clients.

Et vous, quelle est la plus grosse erreur que vous ayez commise dans le lancement de votre startup ?

Qu’est-ce qu’une startup ?

Qu’est-ce qu’une startup ?

Qu'est-ce qu'une startup ? Définition startup

Qu’est-ce qu’une startup ? Quelle est la véritable définition du terme startup ? Vous en avez entendu parler dans les médias, ou autour de vous. Mais vous n’arrivez pas à cerner la différence entre une startup et une entreprise ordinaire. Je vais vous expliquer ici leur origine, qu’est-ce-que qui définit une startup et quels sont les différences avec d’autres types d’entreprises.

Quelle est l’origine du terme startup ?

Le terme startup a été utilisé pour la première fois par le magazine Forbes en 1976. «L’Oxford English Dictionary retrace les origines du terme à un article de Forbes paru en 1976, qui utilise le mot comme suit: « investissements dans les startups, entreprises spécialisées dans le traitement électronique des données. »

C’est donc aux États-Unis et plus particulièrement avec l’émergence de la Silicon Valley en Californie, où se développèrent les plus grandes entreprises informatiques du monde comme IBM pendant les années 70, que le terme est né.

Définition d’une startup :

Alors une startup c’est quoi ? La définition n’est pas simple. Je vous propose donc ici quelques définitions d’experts dans le monde des startups.

Selon Eric Ries

Eric Ries, célèbre pour avoir théorisé la méthodologie “Lean Startup” définit une startup comme cela : Une startup est une organisation humaine conçue pour créer un nouveau produit ou service dans des conditions d’extrême incertitude. La partie la plus importante de cette définition est ce qu’elle omet.

Cela n’a rien à voir avec :

  • la taille de l’entreprise
  • son business model
  • l’industrie dans laquelle elle évolue

L’objectif de la startup est de trouver la bonne solution, le bon produit, le bon service à construire (le plus rapidement possible) que les clients veulent et qu’ils sont prêts à acheter.

Les gens ont souvent tendance à perdre de vue le fait qu’une startup n’est pas seulement un produit, une avancée technologique ou même une idée brillante. C’est avant tout une culture d’entreprise. L’apprentissage étant l’unité essentielle de cette culture.

Selon Steve Blank et Bob Dorf

Steve Blank et Bob Dorf, entrepreneurs dans la Silicon Valley et auteurs de plusieurs livres sur le sujet dont l’excellent : « Le Manuel du créateur de start-up : Étape par étape, bâtissez une entreprise formidable ! », définissent une startup comme une «organisation formée pour rechercher un modèle économique scalable et évolutif». Ils différencient les startups des petites entreprises traditionnelles, comme un restaurant évoluant sur un marché mature. Ce dernier met en œuvre une stratégie commerciale existante bien connue alors qu’une startup explore un modèle économique inconnu ou innovant afin de disrupter un marché existant, comme dans le cas d’Amazon, Uber ou Google.

Blank et Dorf ajoutent qu’une startup est une organisation temporaire conçue pour rechercher un modèle économique à forte croissance et trouver une adéquation produit / marché. Dans ce processus, la startup passera d’échec en échec dans le but d’apprendre de chaque échec et découvrir ainsi ce qui fonctionne.

Selon Paul Graham

Enfin pour Paul Graham, cofondateur du plus célèbre incubateur de startups au monde : Y Combinator, une startup est une entreprise conçue pour croître rapidement. Être nouvellement fondée ne fait pas en soi d’une entreprise une startup. Il n’est pas non plus nécessaire pour une startup d’être une entreprise technologique. La seule chose essentielle selon lui est la recherche de la forte croissance.

Selon Wikipédia

Une start-upstartup, jeune pousse ou entreprise en démarrage en français est une entreprise innovante nouvellement créée, généralement à la recherche d’importants fonds d’investissement, avec un très fort potentiel éventuel de croissance économique et de spéculation financière sur sa valeur future. 

Et au fait c’est « startup » ou « start-up » ?

Il n’existe pas de consensus en français quant à l’orthographe du mot startup. Cependant, depuis quelques années l’orthographe tout attachée : « startup » semble avoir gagné la bataille. Mais vous pouvez l’écrire comme vous le voulez, personne ne vous en voudra.

Voilà vous connaissez enfin la définition et les caractéristiques d’une startup.

D’ailleurs, comment trouver une idée de startup ?

Je vous propose de lire ou relire mon article : Comment trouver une idée de startup (en 6 étapes).

Comment trouver une idée de startup ? (en 6 étapes)

Comment trouver une idée de startup ? (en 6 étapes)

comment trouver une idée de startup ?

Comment trouver une idée de startup ? Vous n’avez peut-être aucune idée ou bien c’est l’inverse, vous avez une idée à la minute. Comment sélectionner la meilleure idée pour votre startup ? L’idée qui fera de vous le prochain Elon Musk ou Mark Zuckerberg. 😁

Je vous explique tout de suite ma méthode pour vous aider à choisir votre idée de startup qui a le plus de potentiel.

1. Adoptez une approche méthodique

Vous vous demandez peut-être comment Mark Zuckerberg a eu l’idée de Facebook ou comment Larry Page a eu l’idée de Google.

Premièrement, ne pensez pas que ces entrepreneurs à succès mesuraient qu’ils allaient créer des empires. Mark Zuckerberg, lui-même, fut stupéfait du succès de Facebook. Tout ce qu’il voulait, c’était être libre et indépendant.

À aucun moment, il s’est imaginé que Facebook compterait plus de 25 000 employés et que ce serait l’une des entreprises à la plus grande valorisation boursière au monde, rivalisant avec Apple, Google ou Amazon.

Vous pensez peut-être que c’est de la chance ? De la magie ? Il n’en est rien. Ces entrepreneurs ont choisi leur idée parce qu’ils savaient qu’elle réunissait différents critères pour réussir.

Alors pour vous faciliter le choix de votre idée de startup, ce qu’il vous faut, c’est une approche méthodique. 

Vous allez attribuer des points à vos idées en fonction de différents critères que voici.

2. Résolvez un de vos problèmes

Selon Paul Graham, fondateur de l’incubateur Y Combinator, l’incubateur de startups le plus connu au monde, vous ne devez pas chercher des idées de startups mais plutôt des problèmes que vous rencontrez au quotidien ou tout du moins régulièrement et que vous aimeriez résoudre.

D’abord, cela valide que ce problème existe. Si vous avez une frustration, vous pouvez facilement supposer que d’autres personnes seront concernées.

En effet, l’une des erreurs les plus communes des startups est de tenter de résoudre un problème que personne n’a.

Dernier exemple en date, Blippar, une application mobile qui permettait aux marques de diffuser des expériences en réalité augmentée. Même si des marques se sont prêtées au jeu comme Coca Cola, ou Chanel, l’utilisateur final, après l’effet wahoo passé, s’en fichait complètement. Pourtant, avant sa faillite, Blippar fut considérée un temps comme une licorne après des levées de fonds de plusieurs dizaines de millions de dollars. 

Attribuez 1 point aux idées qui sont des problèmes que vous rencontrez.

3. Listez vos idées

Commencez par lister toutes les idées que vous avez dans un carnet. Ce carnet ne doit plus vous quitter. Dès que vous avez une idée de concept, vous devez la noter. Si vous ne la notez pas, vous pourriez l’oublier et passer à côté d’un business potentiel.

Si une idée revient souvent au bout de quelques jours, quelques semaines, surlignez-la. C’est que cette idée vous tient à cœur.

Un exemple de problèmes : vous n’aimez pas les taxis, vous êtes frustré parce que vous aimeriez décorer votre maison avec des objets uniques, vous aimeriez pouvoir vendre facilement des objets d’occasion en ligne. Ces problèmes ont donné naissance à des startups au succès colossal comme Uber, Etsy ou Ebay.

Attribuez 1 point aux idées qui reviennent le plus.

4. Listez vos passions

Créer une startup et la lancer est une véritable aventure faite de haut et de bas.

Il est donc judicieux de choisir une idée en rapport direct avec vos passions. Dans les moments difficiles (oui ça arrive), il sera plus facile pour vous de les surmonter si vous êtes passionné par ce que vous faites.

Vous serez aussi plus à même de vendre votre solution à vos futurs clients potentiels. Et il sera plus simple pour vous de constituer une équipe pour vous suivre dans cette aventure.

Les gens aiment suivre des personnes passionnées qui sont animées d’une vision. Cette passion sera votre principale motivation. 

Attribuez 1 point aux idées qui vous passionnent.

5. Étudiez le marché

Un marché inexistant ou trop petit peut expliquer l’échec d’une startup.

Ne foncez pas tête baissée dans un marché. Étudiez-le. Connaissez-vous ce marché ? Ce marché est-il en plein essor ? Ou s’agit-il juste d’une tendance ? Ou pire, s’agit-il d’un marché en déclin ?

Si votre startup a pour but de révolutionner le marché du print alors que celui-ci est en déclin depuis les dix dernières années, mieux ne vaut pas choisir ce marché.

Même si vous pourriez trouver des clients les premières années, la taille de ce marché pourrait ne pas être assez grande sur le long terme. Au contraire, une startup qui lancerait un produit dans le marché de la relaxation en ligne évoluerait dans un marché à forte croissance.

Vous pourriez aussi être en avance sur le marché. Le marché n’est pas encore prêt pour votre solution. Il n’est pas encore assez éduqué et structuré. Bien souvent, dans ce genre de marché, votre startup lutte seule ou presque pour évangéliser les early adopters.

Cela a longtemps été le cas du marché de l’art en ligne. Les galeries et les amateurs d’art au début des années 2000 n’étaient pas prêts à acheter de l’art en ligne. Il a fallu que le e-commerce fasse ses preuves dans d’autres marchés comme le luxe, que des protocoles de sécurité soient mis en place, qu’une nouvelle génération d’acheteurs plus enclins à Internet arrive pour qu’enfin le marché de l’art en ligne décolle au début des années 2010.

Enfin, méfiez-vous des tendances.

En 2015, tout le monde annoncé la Réalité Augmentée et la Réalité Virtuelle comme la quatrième révolution informatique après le PC, l’Internet, le Smartphone. Les plus gros acteurs : Apple, Google, Facebook, se s’y sont mis. Pourtant, pour l’instant il n’en n’est rien.  Les Google Glass furent un échec fracassant. Magic Leap startup aux investissements colossaux, 500 millions de dollars de la part de Google, peine à trouver son marché après plusieurs années de R&D. 

Attribuez 1 point aux idées qui concernent un marché en plein essor.
Attribuez 1 point aux idées qui concernent un marché que vous connaissez.

6. Trouvez une niche

Quand vous lancerez votre startup, vous devez avoir des « early adopters », vos premiers adeptes en français, qui vous suivent dans votre idée folle. Surtout ne croyez pas que votre solution s’adresse à tout le monde. Il faut être un peu fou pour adopter une solution développée dans un garage par deux étudiants que personne ne connait.

Ces early adopters ont absolument besoin de votre solution tout de suite, de manière récurrente et ils sont prêts à payer, même si votre solution est bancale. C’est eux qui vont vous permettre de valider votre idée de startup.

Ces early adopters ont un dénominateur commun : ils constituent un petit groupe et ils ont tous le problème que vous essayez de résoudre. Ils appartiennent à une niche, un petit segment de marché.

Même Facebook a commencé par les étudiants d’Harvard avant d’élargir à d’autres universités américaines.

Des exemples de niche : les développeurs d’applications mobiles, les UI / UX designers, les community managers, les étudiants d’universités…

Attribuez 1 point aux idées qui concernent un segment de marché spécifique.

Conclusion

Le but de cet article est de vous faciliter votre prise décision dans le choix de votre idée de startup. 

Attribuez des points à vos idées en fonction des thèmes abordés :

  • S’agit-il d’un problème que je rencontre ?
  • Est-ce une idée à laquelle je pense souvent ces derniers temps ?
  • Touche-t-elle à l’une de mes passions ?
  • Le marché est-il en plein essor ?
  • Connaissez-vous le marché ?
  • Concerne-t-elle une niche ?

Je vous ai préparé un fichier Google doc que vous pouvez remplir en ligne.

Pour conclure, le meilleur conseil que je peux vous donner est de prendre votre temps. Analyser bien tous les tenants et aboutissants. 

Choisir une idée de startup n’est pas chose aisée. Et j’espère que ma méthode vous permettra d’être plus serein dans votre prise de décision.

Mais n’oubliez-pas que l’idée d’une startup en soit ne vaut rien. C’est l’exécution qui compte.

Je me rends compte que je n’ai pas abordé une question primordiale. Pour vous, c’est quoi une startup ? Pour connaitre la définition d’une startup, vous pouvez lire l’article : Qu’est-ce qu’une startup ?

Alors dites-moi, c’est quoi l’idée de startup que vous avez choisie ?